ACTUALITÉAFROBEATINTERVIEW
A la Une

[INTERVIEW] L’ARTISTE RWANDAIS MK ISACCO EN INTERVIEW A COEUR OUVERT SUR C’MAG !

Partages avec tes amis
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MK ISAACO est un jeune artiste rwandais pétrie de talent qui depuis un certains temps ne cesse de se faire remarquer par la qualité de son travail et de sa musique de manière plus sommaire. Nous sommes allés à sa rencontre pour une interview exclusive et à cœur ouvert !

C’Mag: Bonjour MK-ISACCO !

MK: Bonjour à vous ! Et je tiens à vous remercier pour votre invitation.

C’Mag: C’est un réel plaisir pour l’équipe de Centrale Magazine de te recevoir dans le cadre de cet entretien, et
c’est aussi l’opportunité de découvrir l’artiste mais aussi l’homme derrière le pseudonyme de MK-ISacco ! Peux-tu déjà te présenter pour nos lecteurs ?

MK: MK Isacco est un artiste-musicien rwandais. Mon but, dans ce secteur, est de mettre en valeur ou valoriser la musique africaine dans la diaspora. Alors je fais tous les styles de musique, je m’adapte facilement à un style en fonction du projet musical que j’engage. Mais je peux dire que je suis plus spécialisé dans l’Afrobeat et Afro Dancehall.

C’Mag: Alors c’est en 2012 que tu commences la musique au sein du groupe IC-KS dont tu étais le fondateur, mais c’est en 2015 que tu décides de lancer ta carrière solo et commencer ta propre histoire !Quelles ont été les raisons qui t’on pousser à te mettre en solo ?

MK: Oui, en 2012 j’ai commencé la musique au sein du groupe IC-KS. On a fait pas mal de projet musical ensemble. J’ai appris beaucoup de choses et j’ai aussi eu beaucoup d’expérience. Je venais d’arriver en France, je ne savais pas comment était le fonctionnement dans le milieu musical. Alors au fil du temps, chaque membre du groupe a commencé à devenir très occupé. À cette époque-là, je faisais encore mes études et mes collègues du groupe travaillaient déjà. Donc j’étais le seul qui avait un peu de temps à consacrer à la musique.

Un jour, les membres de mon groupe m’ont appelé pour me dire qu’ils aimeraient faire une réunion pour parler du futur de notre groupe. Ils m’ont dit trois choses :

  1. Nous n’avons pas la même détermination comme toi, tu sais ce que tu veux et tu mets toutes ta force pour l’obtenir.
  2. Nous sommes des barrières pour toi, tu ne t’envoles pas comme il faut pour aller chercher ton étoile
  3. Nous avons décidé que tu commences la musique en solo car ta réussite sera celle du groupe. Ça ne sera rien d’enfermer un chasseur des étoiles dans une case alors qu’il peut apporter la lumière à beaucoup de personnes. On te donne notre bénédiction, et nous serons là chaque seconde quand tu auras besoin de nous.

Voici comment j’ai commencé la musique en solo.

C’Mag: Faut dire que ta carrière prend un envol considérable cette année de 2015, tu contractes une collaboration avec l’artiste Rwandais Audy Kelly, comment s’est faite la rencontre entre Audy Kelly et toi ?

MK: Comme je commençais la musique en solo, personne ne me connaissait. J’ai commencé tout à zéro. Ce n’était pas facile. Quand tu es habitué à travailler en groupe et du jour au lendemain tu te retrouves tout seul au combat, franchement là, tu  te perds vraiment dans la tête. Mais j’ai gardé la tête haute, et j’ai fait le serment que je ne décevrais pas mes amis qui me font confiance.

Un jour j’ai fait connaissance avec l’artiste Audy Kelly qui était la star du moment au Rwanda. Il a été un bon ami à moi. Il m’a prodigué beaucoup de conseils. Et je lui ai proposé de faire un titre avec moi et il a accepté avec grand plaisir. Je tiens à le remercier énormément.

C’Mag: 2016 tu es primé aux Nshuti Awards en tant que meilleur artiste masculin diaspora, qu’est-ce qui se passe dans ta tête quand tu apprends la nouvelle ?!

MK: En 2016 j’ai travaillé de jour comme de nuit ! J’étais partout à chaque évènement, je faisais tout pour y être. Je me suis sacrifié, on ne me payait même pas un centime pour ma prestation mais pour moi, c’était une occasion énorme pour me faire connaitre. C’est la période que beaucoup de personnes ont remarqué ma motivation et l’amour que j’ai pour la musique.

Quand j’ai appris que je suis nominée dans les AWARDS c’était déjà une victoire pour moi. Toutes les énergies dépensées pendant de longues années n’étaient pour rien. Mais quand j’ai gagné le prix du meilleur artiste masculin diaspora, cela m’a donné encore plus de force et je suis devenu un monstre des chasseurs des étoiles comme disaient mes amis du groupe.

C’est à ce moment que j’ai constaté que tout est possible quand on travaille dur et quand on sait ce qu’on veut. C’est à ce moment aussi, que j’ai compris ce que mes amis voulaient me faire comprendre lors de notre réunion lorsqu’ils me demandaient de m’envoler tout seul.

C’Mag: Et cette nomination au Nshuti Awards, n’est pas la seule car, en 2017 tu es une nouvelle fois élu Meilleur artiste africain décerné par Diaspocam. Aujourd’hui quels sont tes nouveaux défis ?

MK: Mes défis c’est de gagner beaucoup de trophées. Pour moi c’était une reconnaisse du travail fourni. Cela m’encourage à travailler encore plus. Ce que je suis en train de faire. Mes défis sont tellement simples. Faire un travail de qualité et surtout rester humble et m’améliorer chaque jour que Dieu fait.

C’Mag: Cette même année de 2017, tu sors également ton premier single baptisé « Nonaha », titre qui veut tout
simplement dire « Maintenant ». C’est à mon sens assez évocateur, « Nonaha » c’est le titre qui marque la nouvelle naissance de MK Isacco ?

MK: « Nonaha » qui veut dire « Maintenant », est le single qui m’a donné la direction artistique, qui m’a fait connaitre devant le public. Les prix que j’ai gagné avec ce titre, m’ont donné envie d’aller encore plus loin que possible, de m’améliorer encore plus, faire un travail de qualité pour mes fans.

C’Mag: Les années précédentes marquent la sortie de plusieurs autres hits, tels que « Cheza » en 2018, « Uko
Ubikora » en 2019 ; « Urampagije » et « Inchallah ». Le 17juillet dernier c’est un tout nouveau le titre « Zunguza » que tu proposes à tes mélomanes, un titre dans lequel on te retrouve en compagnie de l’artiste Lil Saako. Si tu nous parlais un peu de ce titre, qu’est-ce que « Zunguza » signifie et comment s’est faite la connexion avec Lil Saako ?

MK: Lil Saako avait apprécié mon dernier titre « Urampagije » qui signifie «Toi seule me suffit ». Il était en vacances ici en France. J’ai profité  et sollicité qu’on fasse un titre ensemble et on avait un mois pour ça. Et ce qui me venait en tête pour le projet c’est « Zunguza ». C’était un peu compliqué. On avait le challenge d’enregistrer le titre et tourner le clip vidéo en un mois dans le contexte du confinement. On a fait comme on pouvait et voilà le résultat final. Deux mois après sa sortie, le retour est bon. Je peux dire que le public l’a adopté.

On vient de traverser une période de presque deux ans de souffrance avec la pandémie de la Covid-19 et le confinement qui a contraint les uns et les autres à rester chez eux, sans aucune activité de loisirs.
J’ai voulu faire un titre pour apporter de la bonne humeur dans la vie des gens, leur faire bouger et apaiser les moments difficiles qu’ils traversent à cause de cette pandémie et de toute autres souffrances qu’ils viendraient à traverser. L’idée de faire un tel titre m’est venu au moment du confinement. Etant seul chez moi, c’était dur.

C’était dur car je n’étais pas habitué à une vie pareille et je pense que personne n’est habitué à cela. Il a fallu que je mette à fond la musique pour m’accompagner durant cette période qui n’a pas été facile. Cela m’a beaucoup aidé à ne pas avoir des pensées négatives. Et je me suis dit, pourquoi ne pas créer une chanson qui est dansante, qui va faire plus bouger pour que les gens se détendent, se dégourdissent les jambes, s’amuse en l’écoutant.

Quand on s’amuse, on profite de bon moments, on a des pensées positives, on est libre en esprit et cela peut aider à trouver facilement des solutions à nos problèmes. Dans ce titre ZUNGUZA, qui veut dire « Bouge ton corps », j’invite les gens à danser, à bouger leur corps et à profiter de la vie comme ils peuvent. Bouger le corps, c’est faire du sport et le sport fait du bien à l’être humain.

C’Mag: Moi j’aime particulièrement ce single, et chapeau également pour la belle vidéo qui va avec, qui est très belle et très colorée avec les danseuses brésilienne…I like it !

MK: Merci beaucoup ! C’est tout touchant de votre part ! Les choix visuels du clip de « Zunguza » ont été facile parce qu’on savait ce qu’on voulait, c’est un titre qui exprime la joie de vivre, d’ambiance et d’amour. Les couleurs, les figurants, les lieux de tournage, ont été soigneusement choisis afin que cela soit en harmonie avec le sujet du titre. Comme vous le savez, j’aime bien que chacun de mes projets soit bien apprécié tant au niveau du son que du clip, que mes fans voient que je suis en train de grandir.

Image du tournage du clip Zunguza
MK Isacco et Lil Saako pendant le tournage du vidéoclip Zunguza

C’Mag: Le 25 septembre dernier, tu as sorti ton tout premier album baptisé « On s’amuse », album de 8 magnifique titres, mais qui n’a pas été facile car je sais que tu le prépares depuis 2016 ! C’est incroyable, dis-nous un peu plus sur ce projet !

MK: Oui mon tout premier album est sorti le 25 septembre dernier. C’est un album que j’ai intitulé « On s’amuse ». C’est une œuvre qui a été fait avec rigueur et amour. Ça fait des années que je l’ai préparé avec beaucoup de difficultés, des moments de découragement, manque de soutien, manque de financement et autres.

Mais malgré tout, je suis resté motivé et déterminé comme jamais. Je me suis dit : « Je vais mettre des années pour préparer mon album mais le jour de gloire arrivera et ce jour-là, je serai le plus heureux du monde ». J’ai commencé ce projet depuis 2016. Comme je venais de débuter, j’ai décidé de sortir des singles pour me faire connaître.

Mais aussi, comme je voulais sortir un travail de qualité, j’étais obligé de sortir un titre par an. Je me bats grave depuis des années, je travaille doublement pour pouvoir trouver les moyens pour aller au studio d’enregistrement et tourner un clip vidéo. Mon objectif était de sortir un travail de haute qualité même si c’était un seul titre par an. L’album parle de tout mon parcours, toutes ces difficultés que j’ai vécues. Les mélomanes découvriront sur cet album en tout huit titres.

C’Mag: Il y’a un truc que j’aime chez toi, c’est ta détermination, malgré toutes les difficultés, les moqueries de
ton entourage ; tu as su rester focus sur tes objectifs et tout le bien que nous pouvons te souhaiter c’est que tu ailles encore plus loin !

MK: Merci encore, quand on veut transmettre des messages d’amour, de paix, la joie de vivre et de sensibilisation entre autres, il faut rester focus sur ses objectifs. On est dans un monde où le stresse est présent à chaque instant, et la musique est ce qui peut aider à vider un peu la tête. Alors tu dois rester fort et déterminer pour pouvoir réaliser tes objectifs.

C’Mag: Bon à ce moment de l’interview, j’ai un petit jeu que j’adore faire avec mes invités. C’est un quizz personnalité, je te cite trois personnalités et tu me dis ce que tu en penses ! It’s good ?

MK: okey okey ! c’est parti, je suis chaud !!! (Rire)

C’Mag: Si je te dis Paul Kagame ?

MK: Paul Kagame est le présidant de mon pays natale, qui a transformé le Rwanda. Il a fait en sorte que le Rwanda devient un pays de rêver de beaucoup de personnes.

C’Mag: Et si je te dis Amavubi?

MK: Amavubi est l’équipe national de mon pays natal le Rwanda. Sauf que sans mentir on n’est pas fort en foot.

C’Mag: Et pour terminer, musique…Si je te dis Didi B ?

MK: Didi B membre du groupe Kiff No Beat, artiste rappeur est aujourd’hui une figure première, incontestée du Rap Ivoirien.

C’Mag: Voilà!! C’était le petit jeu célébrité qu’on te proposait, histoire de détendre un peu. On arrive au terme de cet entretien, un petit mot, dire ce qui n’a peut-être pas été dit !

MK: Je tiens à remercier tous mes fans qui continuent de me soutenir. Qu’ils continuent à partager mon nouveau clip vidéo ZUNGUZA. 250.000 vues sur YouTube en deux mois c’est énorme, mais on peut faire mieux. Tout est possible et l’union fait la force.

Continuez à soutenir mon premier album « On s’amuse » qui est disponible dans toutes les plateformes de téléchargement et streaming. Pour finir, je vous remercie pour l’invitation qui m’a permis de parler de ma
carrière musicale.

C’Mag: Merci MK Isacco, merci du temps que tu nous as accordé pour cet entretien, on a pu tirer en long et en large sur ta personne et sur ta carrière artistique car il y a tellement de chose à dire…

Nous te souhaitons de continuer dans cette voie. On ne valse pas le talent, c’est quand il y en a trop que sa dérange!! C’est sur ces mots qu’on va se quitter et vous laisser avec « Zunguza » de
MK Isacco.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restez branchés sur Centrale Magazine via notre Facebook pour suivre toutes l’actualité de la musique africaine et de la mode. Suivez-nous également sur notre Instagram

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page